C’est quoi, l’bonheur?

J’ai eu une grosse chicane avec mon père la dernière fois qu’on s’est vus. Il faut dire que mon historique avec mon père n’est pas toujours rose. Son attitude avec les autres — moi compris — m’a souvent déplu; il est toujours tellement convaincu qu’il est mieux placé que quiconque pour savoir ce qui est bon pour autrui qu’il en devient déplaisant.

Mise en contexte : mon père a toujours fait des salaires très moyens — il ne faut pas se leurrer, ce ne sont pas tous les fonctionnaires qui font 70 000 $ par année, loin de là! Il a toujours très bien vécu ainsi, ne s’empêchant jamais de rien acheter par manque de fonds, au contraire; il a très bien réussi à tirer son épingle du jeu, a fait des placements intelligents et ne s’est jamais plaint de sa situation. C’est entre autre de lui que je tiens ma bonne gestion des finances, ce qui me permet, moi aussi, de faire beaucoup avec peu.

Or, depuis sa migration dans la ville la plus fonctionnaire du monde — je présume —, il a doublé ce salaire pourtant convenable, devenant ainsi plus que convenable. Après quelques années d’adaptation à continuer de vivre en « pauvre », il a réalisé que pour la première fois, il pouvait vraiment se permettre des achats superflus qu’il n’aurait pas osé faire avant : vêtements de meilleures marques, voitures plus récentes — et plus nombreuses! —, voyages plus éloignés… bref, il en profite, et je suis vraiment contente pour lui qu’il puisse finir sa carrière avec un salaire plus que décent et qu’il se permette des petites folies.

Jusqu’ici, tout va bien.

Là où ça coince, c’est quand il essaie de me faire gober que mon bonheur à moi aussi passe par un meilleur salaire, et si possible, un salaire de fonctionnaire dans la capitale nationale.

J’ai réalisé dans les dernières années que la fonction publique, c’était pas pour moi. Bien sûr, si demain matin on m’y offre un emploi ici, au Saguenay, je le prendrai assurément, mais à salaire égal, je reste dans le privé, y’a même pas de questions à se poser là-dessus. L’ambiance de la fonction publique est vraiment différente du privé — à mon humble avis —, surtout pour le type d’emploi que j’occupe. Y’a des limites à choisir une job pour son fonds de pension.

Et puis Québec, c’est quoi cette idée de penser que j’y serais heureuse? Je grince dès que je perds plus de 5 minutes dans un bouchon, je déteste aller au centre d’achat et qu’il y ait des gens partout, je fais des crises de panique dans les foules trop denses; faut vraiment être déconnecté pour croire que mon bonheur réside dans Henri-IV, Place Ste-Foy et le festival d’été de Québec!

Alors j’ai crié. Crié très fort que mon bonheur ne se calculait pas en signes de piasse. Que j’ai beau faire un salaire de misère, mais que je suis heureuse dans ce que je fais, et que ce même salaire de misère me permet tout de même de payer cette maison fabuleuse — à mon humble avis toujours — qui est ici, chez nous, au Saguenay. C’est ici chez nous, pas là-bas, pas plus qu’à Montréal, où ma mère aurait bien aimé aussi que je m’établisse. Ici.

Et je me suis fait traiter d’égoïste. Je me demande bien qui est le plus égoïste des deux : celui qui laisse les autres vivre leur bonheur comme ils l’entendent, ou celui qui pense que le bonheur des autres devrait se calquer sur le sien?

Ce jour-là, j’ai compris que les failles de mon père, peu importe le nombre de fois où elles m’auront fait pleurer, me permettront sans aucun doute d’être un jour un meilleur parent qu’il ne l’a jamais été.

Advertisements

10 réflexions sur “C’est quoi, l’bonheur?

  1. J’ai envie de pleurer en lisant ton message! J’ai 24 ans et mon père commence tout juste à accepter mes choix de vie! J’ai toujours eu comme mantra que je travaille pour vivre et que je ne vis pas pour travailler! Que je m’en fiche de faire un DEP, de ne pas aller à l’université et de faire un métier moins payant si je suis heureuse! Que mon bonheur ne se calcule pas en signe de piasse!

    C’est certain que leur vie à eux est peut-être plus facile! C’est certain que d’avoir 5 fois mon salaire annuel ça facilite PEUT-ÊTRE la vie! Mais de voyager 4 fois pas année, de changer de véhicule 2 fois par an, d’avoir un chalet, une maison de 400 000$ et tous les nouveaux gogosses qui sortent, ce n’est pas ça qui MOI va me rendre heureuse!!!

    Oui j’aimerais ça avoir le double de mon salaire, un fond de pension et de meilleures conditions de travail! Qui ne le voudrait pas?!? Mais je pense que mon bonheur personnel passe ailleurs! Dans le fait d’être à la maison en 8 minutes après le boulot, d’être à l’aise avec mes patrons, de connaître TOUS les employés de la boîte, de pouvoir m’arranger avec mes boss pour mes congés, mes vacances…

    Le bonheur c’est relatif, c’est aussi TRÈS différent d’une personne à l’autre!

    PS: As-tu vu? Encore un point qu’on a en commun! Je trouve ça quasiment épeurant :S

  2. Vanessa : C’est plate hein? Je comprends le point de vouloir ce qu’il y a de mieux pour ton enfant, mais tsé, j’suis allée à l’école, j’en ai fait un bac, pis j’étais calissement pas plus heureuse. C’est ben beau pousser tes enfants vers ce que toi tu considères être le bonheur, mais il faut au moins que tu t’arrêtes à leur demander à eux, c’est quoi pour eux le bonheur! Me semble… Tu fais des enfants pour les voir heureux, en êtres humains accomplis, pas pour les voir faire ce que t’aurais voulu faire mais que t’as pas fait, ou encore les voir faire ce que toi tu fais!

    Seigneur.. pas facile gérer des parents hein? J’pense qu’on se rejoint pas mal sur ce point-là.. un jour on s’asseoira pis on se fera une thérapie. ;)

  3. T’as entièrement raison! Je comprends le point de toujours vouloir le meilleur pour ses enfants, mais le bonheur c’est différent d’une personne à l’autre!

    Maintenant quand je me « pogne » avec mes parents (ou quiconque) sur un sujet si personnel je dis toujours: Je ne te demande pas d’accepter mes choix, uniquement de les respecter!

    J’suis IN pour la thérapie ;)

  4.  »Ce jour-là, j’ai compris que les failles de mon père, peu importe le nombre de fois où elles m’auront fait pleurer, me permettront sans aucun doute d’être un jour un meilleur parent qu’il ne l’a jamais été. »

    Tellement vrai, mais des fois, on se plante quand même. Mon fils le plus vieux, car je veux  »être un meilleur parent que mon père ne l’a jamais été » est inscrit dans une panoplie d’activités tant sportives que culturelles (question d’être balancé). Un jour, à 8 ans, il me demande: ça existes-tu une activité  »ensemble »? Pas qu’il voulait pas faire ce que je proposais; pour lui, une promenade à vélo ou en rollerblade vaut vraiment plus qu’une saison de soccer\football\danse hip hop\basketball.

    Et c’est plus économique! Genre d’enfant qui a toujours plus joué avec la boite qu’avec le jouet…

  5. Y’a des gens dans la vie qui vont toujours te juger selon tes choix de vie, qui te jugeront jamais pour ce que t’es. Les vraies personnes qui t’aiment sont celles qui te prennent comme tu es. Je trouve juste ça triste que trop de parents aiment mal leur enfant. Je dis pas que mon père m’aime pas parce qu’il respecte pas mes choix, mais imposer ses choix aux autres en prétendant que c’est ça le bonheur, je trouve que c’est mal aimer en tabarouette!

    Le pire c’est que j’ai pas souvent levé le ton avec mes parents, je suis plus du genre à laisser tomber et à ignorer. Mais là j’en ai eu ma claque, et la bouteille de vin aidant, j’ai crié et éclaté en sanglots. Ça m’a fait crissement de bien, honnêtement. Le lendemain on se reparlait comme si de rien n’était. Je sais pas si ce que j’ai dit va avoir fait son chemin, je sais pas si ça va les faire réfléchir ou quoi, j’ose juste espérer que c’était pas en vain et qu’ils ont pas tout zappé déjà.

    Sinon je recommence, promis. lol

  6. La question est dans le titre, la réponse dans le billet.
    Ne laisse jamais personne gérer ta vie peu importe le lien qui vous unit.
    Harmonium chantait; « On a mis quelqu’un au monde, on devrait peut-être l’écouter.
    Yuan

  7. Dan : En effet, des fois on pense faire mieux que nos parents mais c’est pas toujours le cas.. par contre toi t’as la décence d’écouter ton fils et d’ajuster le tir. C’est déjà une nette amélioration non? ;)

    Yuan : Tellement vrai. Merci. :)

  8. Mais reste qu’il fait ca parce-qu’il souhaite le meilleur pour sa fille et connait ton potentiel. Tu ne peux pas lui en vouloir! Il ne comprend peut-être juste pas que tu ne partage pas ses priorités. Je ne comprend juste pas comment le mot  »égoiste » a pu atterrir dans la conversation…Et sinon Montreal >>>>>>> Quebec

  9. KingSize : Je sais ben, mais la façon de le faire est vraiment pas efficace. Ce que je comprends pas en fait, c’est que ça, l’argent et tout ce qui vient avec, ça n’a JAMAIS été sa priorité. Je comprends mal quand ce l’est devenu. Et je trouve ça triste en même temps.

    Je comprends mal aussi comment le mot égoïste est atterri dans la conversation. Si je me souviens bien, ça venait avec les reproches de pas aller les voir assez souvent à Québec. Avec ton gros salaire, paie-le le gaz pour venir voir ta fille toi crisse! lol..

    Le pire c’est que c’est drette ça que je leur ai dit : j’irai jamais vivre à Québec, si je suis pour me faire chier dans une grande ville, je vais choisir Montréal; Québec c’est les désavantages de la grande ville sans le tier de ses avantages.

  10. Gandhi a dit: «Le bonheur, c’est quand nos paroles, nos pensées, et nos actes sont en harmonie.» Le bonheur d’une personne est différent du bonheur d’une autre parce que nous avons pensons, parlons et agissons tous à notre manière. Il faut savoir s’écouter et se faire confiance. Si tu es bien au Saguenay, il n’y a plus de question à se poser. Ton père, qui t’aime probablement très fort et pense bien faire, comprendra – avec le temps. Bon courage!

Vos mots de tête

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s