Conséquent.

J’arrive d’un voyage sur la Côté-Nord. Ouais. Y’en a qui vont dans le Sud pendant leurs vacances, ben moi je suis anticonformiste, bon. Je vous en reparlerai très certainement dès qu’il fera gris et que j’aurai davantage la tête à aligner de jolis mots pour vous décrire mon escapade — si c’en est.

Au détour de Baie-Comeau, alors qu’on cherchait en vain quelque chose à bouffer, on a vu des hippies traîner devant Le Manoir du Café. Sur le coup, on a un peu rigolé de la fille aux rastas avec des pantalons psychédéliques. Vite comme ça, je dirais qu’à Baie-Comeau, ça semble pas trop être ça la mode, en ce moment.

Naïfs, on s’est quand même avancés vers le café, où on s’est fait intercepter par l’une d’entre eux. Après une longue élucubration sur la façon cavalière dont certaines compagnies pêchent le thon, sur les types de poissons qui ne devraient pas se trouver en épicerie, sur les dangers du plan Nord, en passant bien sûr par le récit limite héroïque racontant comment Greenpeace a refusé un don de 8 millions venant d’une grande pétrolière afin de demeurer conséquent, on a pris notre politesse pour de l’intérêt et on nous a offert de devenir membre.

Moi. Membre de Greenpeace. Ok, je veux bien contribuer à ma façon en étant écologiquement responsable, en faisant du recyclage, en fermant l’eau pendant que je me brosse les dents, en n’encourageant pas les compagnies qui sont pas fines avec les animaux, mais devenir membre?

« C’est bien beau mais pour pouvoir continuer à faire bouger les multinationales et le gouvernement, on a besoin d’argent, aussi. C’est juste 10$ par mois! » qu’elle me dit, tout droit sortie d’une infopub, en beaucoup moins coquette que Louise-Josée Mondoux.

10$ par mois, en effet, c’est pas grand-chose. Mais tu viens de bouffer 5 minutes de ma vie pour me dire à quel point c’est important de faire circuler l’info, de se mobiliser, d’envoyer des courriels aux compagnies pour les faire bouger, tu viens de me rabattre les oreilles avec le fait qu’à 1000, on peut faire bouger les choses, et jamais, tout au long de ces 300 secondes, tu ne m’as parlé d’argent autrement que pour me dire que tu avais refusé celle d’une pétrolière ou pour chialer que les compagnies agissent de cette façon par désir d’en faire plus.

Conséquent, tu disais? Je lui aurais fait bouffer son pamphlet de thon, écoloconne.

Advertisements

7 réflexions sur “Conséquent.

  1. Salut Audrey! J’aime bien lire tes textes sur tout et sur rien, tu as une très belle plume, mais celui-ci m’interpelle par son sujet et je me permets de te donner mon point de vue… Greenpeace n’est pas une multinationale; elle n’obéit à un capitalisme boursier sauvage. Si elle a besoin de fonds, c’est pour pouvoir rouler, passer à l’action et, oui, sensibiliser les gens à la cause environnementale afin de faire contrepoids (du mieux qu’ils peuvent) face à la désinformation ambiante… Je ne suis pas membre de Greenpeace, mais je trouve que ce qu’ils font est très respectable et surtout nécessaire, à une époque aussi critique de la détérioration de l’environnement. On peut ne pas être en accord avec certains gestes posés par Greenpeace… On peut les trouver un peu extrémistes à la limite. Mais s’ils n’existaient pas, qui ferait ce qu’ils font? On peut ne pas vouloir devenir membre d’une telle organisation, mais de ridiculiser ceux qui voient là une façon d’encourager les gens à changer les choses n’apporte rien de bon à personne. En fait je ne comprends pas très bien pourquoi tu es si agressive face à cette «écoloconne»? Pourquoi?

  2. Je ne suis certain de comprendre ce que tu dénonces. Le fait qu’elle attend à la fin avant de dire que ça coûtait quelque chose? Ou le fait que ça coûte quelque chose?

  3. Élodie : D’abord, merci de commencer avec des compliments. ;) Cependant, relis ce que j’ai dit, je ne crois pas avoir sous-entendu nulle part qu’ils étaient inutiles et qu’ils n’avaient pas raison de faire ce qu’ils font, au contraire. Je dénonce seulement le fait que la fille ne semblait pas vouloir me sensibiliser et m’inciter à suivre le mouvement, mais qu’elle voulait plutôt que je lui donne mon argent. Je comprends que ça prend de l’argent pour faire ce qu’ils font, mais il me semble que forcer les gens à prendre conscience des choses est plus important que de leur soutirer de l’argent. À partir du moment où elle a demandé des sous, je lui ai dit que j’étais prête à faire mes efforts, mais que je ne donnerais pas d’argent, et elle a étrangement changé de ton. C’est ce que je déplore.

    RedBee : Je sais que ça coûte quelque chose. Ce que je dénonce, c’est qu’elle me déballe son speech et qu’à partir du moment où je dis « Ok, c’est bon, j’achèterai plus telle sorte de thon, je vais dénoncer les non-dits du plan Nord, je vais faire mes efforts » elle me dit que c’est bien beau mais que ce serait mieux si je donnais de l’argent au lieu. Je trouve que c’est passer à côté de l’objectif, non?

  4. Je comprends ton point de vue mais je ne suis pas complètement d’accord. Peut-être est-ce la méthode qu’elle utilise pour aller chercher des fonds mais je présume qu’il n’y a pas des tonnes de façon de demander de l’argent. Dans son cas, l’objectif est le financement et la sensibilisation fait partie de la game. Toutes les causes qui bègue utilisent la sensibilisation pour inciter le don. Il y a évidemment de la place à de sensibilisation pure mais ce n’était pas son objectif. La sensibilisation est un outils comme un autre. Et si elles le mentionnent dès le début, elles ont peut-être moins d’écoute. En contre partie, c’est un peu croche. Je préfère aussi qu’on me le dise dès le début comme ça JE prends la décision d’écouter ou non.

  5. Je comprends. Je sais que toutes les bonnes causes ont besoin de fonds un moment donné; aucune organisation ne fonctionne complètement sans argent, c’est impensable. Mais quand même. On dirait qu’environnement et intérêts pécuniaires, ça ne va pas ensemble. À la limite, j’étais prête à militer pour le thon en canne, esti, mais elle voulait seulement mon 10$/mois. J’aurais pu dire ok c’est beau, je vais acheter la paix, payer et me déculpabiliser comme la plupart des gens font, mais au lieu je lui disais plutôt que j’étais prête à faire ma part comme citoyenne et de sensibiliser les gens autour de moi, mais non, ça suffisait pas. C’est ça que je déplore.. à la limite quand tu vois que les gens ne sont pas ouverts à donner des sous mais qu’ils le sont à s’impliquer, prends ça, c’est mieux que rien, non?

    En tout cas.

Vos mots de tête

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s