Option.

Je rencontre une conseillère en emploi ce soir. Je me dis que ça pourra peut-être m’éclairer sur mon plan de carrière, puisqu’il semblerait que j’aie beaucoup plus de difficulté à m’orienter là-dedans que dans un Google Map. J’imagine déjà ce que je vais lui dire :

« J’ai fait un bac en enseignement. Par contre j’ai jamais travaillé là-dedans, j’aimais pas vraiment ça. Je serais prête à y retourner, je pense, mais aux adultes. Mais je peux pas vraiment, parce que personne va m’offrir une job de même; il faut que je commence par faire des remplacements, mais je peux pas parce que je travaille à temps plein pis que j’ai pas de trous dans mon horaire pour des remplacements. Je pourrais aussi aller travailler au gouvernement, ils m’offrent tout le temps des contrats, mais j’ai peur de l’insécurité qui vient avec le fait de pas avoir de poste permanent. Malgré tout, j’ai quand même le goût d’accepter leur prochaine offre, juste pour avoir un pied dans la boîte; je me dis que c’est peut-être une opportunité que je rate par mon manque de couilles.

Je travaille actuellement comme adjointe-administrative.J’aime ça, mais c’est pas tellement payant. Je me verrais faire ça toute ma vie si seulement je pouvais m’assurer un meilleur salaire avec des possibilités d’avancement.Je sais pas, genre dans une business en expansion, quelque chose comme ça, ça pourrait être intéressant. J’aimerais aussi avoir ma propre business, mais je sais pas si je suis prête à faire les sacrifices que ça demande.. et puis j’ai pas vraiment de passion dans la vie, donc je sais pas trop dans quel domaine je pourrais me lancer. Un café, une librairie, une shop de tattoo.. je sais pas, mais j’aurais le goût de travailler pour moi; ça me ferait mieux avaler mon salaire de crève-faim.

Je pourrais aussi être mère au foyer, genre en faire 3-4 pis m’en occuper jusqu’à leur entrée à la maternelle. Y’a des jours où, étrangement, ça me paraît l’fun de passer ma journée à la maison à faire des brassées de linge pis à moucher des nez. Pis y’a d’autres jours où je me dis que je suis même pas sûre que j’en veux, des enfants.

Ah oui, je fais aussi un bac en traduction à distance dans mes temps libres, au cas où ça pourrait être une opportunité de carrière intéressante pour moi. Je sais pas trop où ça va me mener, en fait, pis je suis même pas sûre tant que ça que je voudrais faire ça de ma vie.

Fec bref, je suis là pour que tu m’éclaires un peu dans tout ça. Toi, qu’est-ce que t’en penses? »

Crisse que je suis dispersée. Elle va halluciner. Maudite génération d’marde où tout est tellement accessible/possible que tu veux tout faire, mais que tu te branches pas sur rien en particulier.

Trop d’options tue l’option.

Advertisements

18 réflexions sur “Option.

  1. Très divertissant de te lire. Je suis présentement dans la même phase de ma vie. N’oublie pas de mettre ta conclusion avec ton orienteur!

  2. Hehe merci! :) Bienvenue ici en passant!

    Ce n’est pas un orienteur, mais une conseillère en emploi.. je ne sais pas trop ce que ça a de différent, mais considérant que je ne sais pas dans quel emploi faire ma vie, j’ose imaginer qu’elle saura m’éclairer! ;)

  3. Wow ! J’avoue être curieuse de voir ce qu’elle va te dire. C’est drôle, mais ça me ressemble, à mon cheminement je veux dire. Finalement, je suis très heureuse de m’être reorientée en faisant un DEP en secrétariat, ça été très payant dans mon cas. Prochaine étape: terminer mon certificat en gestion des RH pour éventuellement passer chef d’une équipe. Je suis certaine que ton conseiller saura te conseiller!

  4. Camille : elle m’a effectivement dit que je ferais bien d’aller chercher mon papier (parce que j’ai rien!) pour accéder aux postes au gouvernement, à la ville, à la commission scolaire, l’hôpital, etc. Je me suis classée quand même au provincial mais j’ai jamais d’appels, donc je sais pas si ça vaut tant que ça la peine..

    Par contre j’irais chercher un AEC en bureautique plus qu’un DEP, parce qu’ils pourraient me reconnaître plein d’acquis et j’aurais pas à tout faire. Faut voir..!

    En effet, je suis loin d’être la seule à avoir un cheminement irrégulier. ;)

  5. Mmmmm… Je veux pas te décourager, mais une de mes collègues qui a un Dép. En secrétariat n’a pas réussi à se faire créditer tous ses cours. Pire, quand j’ai fait mon Dép. Ils ont refusé de me créditer le cour sur la gestion des archives alors que j’ai un certificat universitaire pile dans ça! J’ai refusé de faire le cours alors ils m’ont permis de faire seulement l’examen, finalement je leur ai spotté des erreurs dans l’examen, ils en ont mangé leurs bas! ;-) mais je crois que ça dépend des commissions scolaires et des personnes. Très bonne idée d’aller chercher le papier, ça se fait vite, j’ai fait le Dép. En 8 mois en prenant mon temps ( j’etirais ma bourse). Mais bien primé, ça peut se faire en moins de 6 mois. À mon avis, Dep ou Aec l’un comme l’autre t’ouvrira des portes. Et une fois rentrée quelque part, si t’es bonne et apprécié tu auras de l’avancement, surtout grâce à ton bac. Paraît que ça m’a aidé vs les autres candidates qui ont postulé, à avoir ld poste. J’étais de loin la plus scolarisée, et ça les cadres aiment ça. Tout ça pour dire que je t’en courage à aller te chercher un tit bout de papier si tu aimes la job de secrétaire.

  6. Camille : ouin ben apparemment au Cégep de Chicoutimi y sont ouverts.. Je pourrais me faire créditer tous les cours de français et peut-être une bonne partie de ceux de comptabilité parce que j’en fais un peu.. Faudrait voir. La conseillère en emploi me disait que la personne dont elle me parlait l’avait fait en 1 an mais à raison de 2 soirs/semaine je crois. Il faudrait que je m’informe, parce qu’en plus mon employeur pourrait peut-être me le cautionner et me libérer pour le faire. Reste plus qu’à savoir si j’ai envie de m’embarquer là-dedans maintenant.. Ça voudrait dire que je dois laisser de côté mes cours en traduction..

    Mais oui, comme je disais à la fille, je me verrais faire ça toute ma vie si j’avais des conditions salariales qui ont du bon sens! Pis mon employeur ben, ça l’air qu’il paie pas et paiera jamais. lol

    J’ai envie de partir un ordre des secrétaires!! Haha!

  7. Quoi?!? Un A.E.C. en un par 2 soirs semaine??? Euhhh où ça? Parce qu’avec ma poulette qui s’en vient, je pense pas être en mesure de continuer à temps plein le boulot ET les études de mon DEC à distance. Peut-être que l’AEC ce serait une pas pire option…

    Je pense un peu comme toi, je pense que je serais capable de faire ça toute ma vie, mais si au moins mes conditions s’amélioraient. Surtout que moi je travaille avec du monde de la construction -_- Ça me fait &*(%??&? de voir des gars payés aussi cher avec fulllll assurance et fulllll fond de pension se pogner le beigne à RTA! Mes conditions salariales sont pas si piiiiiires (je pense, mais je ne suis pas très exigeante je crois), mais c’est souvent tout le reste qui fait pencher la balance!

    Si je pouvais avoir des triplettes la prochaine fois! Ça réglerait le problème! Hi! Hi!

  8. Ahah!! Un ordre des secrétaires! Elle est bonne! Une chose est certaine c’est que tu perdrais d’avance des membres à appeler ça ordre des SECRÉTAIRES. C’est un mot de plus en plus tabou. Tu serais surprise de voir à quel point certaines filles à ma job tiennent à leur titre d’agente adminsitrative. Pour ma part je viens d’upgrader à Assistante administrative, qui il n’y a pas si longtemps que ça s’appelait secrétaire administrative. Comme si c’était honteux de nos jour être secrétaire. C’est sûr que le métier s’est transformé au fil du temps, n’empêche qu’à la maison Blanche c’est loin d’être honteux. Mais t’sé à la base ce qu’il te faut c’est un bout de papier, AEC, DEP, DEC, peu importe. Après je te le dis, c’est tes compétences qui vont t’ouvrir des portes. Tu vois à ma job aujourd’hui, j’ai eu droit à un regard noir d’une fille qui avait aussi postulé sur le poste que j’ai obtenu. La fille a un DEP avec une attestation d’assistante administrative. J’ai que le DEC, en plus de mes diplômes universitaires. Mais même si elle avait plus d’ancienneté que moi, mon expérience était plus pertinente que la sienne pour les besoins du poste. Je l’ai eu et pas elle. Et pourtant, elle a un papier qui atteste qu’elle a une spécialisation d’assistante administrative. Je crois aussi que le fait que j’aie des études universistaires a aidé, mes nouveaux boss ont bien hâte que j’aille faire du ménage dans leurs papiers, ils m’en parlent tous les jours. Pour ta part, ton bac en enseignement du français c’est un must à peu près n’importe où, ça va t’ouvrir des portes peu importe que tu fasses un AEC ou un DEP. Je te verrais dans une compagnie de communications, t’aurais de belles possibilités d’avancement dans une place comme ça.

  9. Vanessa : Oui oui, informe-toi à Humanis, j’ai pas appelé encore mais apparemment qu’ils sont ben open sur le créditage de cours! :P Si jamais tu te crinques tu me le diras, ça pourrait peut-être me motiver d’avoir une amie! haha!

    Moi aussi je suis pas trop difficile à satisfaite je pense. J’ai un salaire de marde — quoi que dans les standards des jobs de secrétaire, je crois — mais j’ai gros de ma paye qui m’est payée en mercis, en tapes dans le dos, en compliments sur mon travail, en sourires de satisfaction de mon boss.. Ça l’air con, mais j’aime mieux une job moins payée où tu sens que t’es utile qu’une job hyper payante où t’es juste un numéro. Comme à RTA, genre. lol Quand t’es interchangeable, ça te fait pas trop sentir important mettons..!

    De mon côté aussi, les gros salaires du monde autour me font plus que chier. Et on a tellement de misère à faire valoir qu’on vaut quelque chose pour la business, ça juste même pas de bon sens.. demain matin, aucune des filles rentre, pis crisse qu’ils sont dans’ marde. Mais ça je sais pas pourquoi, tous les employeurs ferment les yeux là-dessus et semblent penser qu’investir sur une secrétaire, c’est de l’argent mis dans l’feu. Plus ça va aller, plus les filles sauront pu écrire sans faute, pis ils vont ben finir par comprendre que quand t’en pogne une bonne, faut que tu la gardes, viarge, fec paie-la! Moi j’hallucine, on a des filles qui font ben plein de fautes, c’est déprimant. Quand t’envoies un e-mail de 3 lignes à tout le bureau, peux-tu svp pas faire de faute dedans? Ça donc ben l’air compliqué.. lol

    Mais là je comprends pas.. pourquoi les triplettes? haha! Ça te permettrait de rester mère au foyer? ;) Compte-toi chanceuse : tu vas avoir un break avec ton congé de maternité, pis je suis sûre qu’un an tu vas trouver ça beeeeeeen en masse! ;)

    Camille : Le pire, c’est qu’après avoir dit ça, j’ai cherché sur google pour le fun, pis crime, y’existe vraiment une fédération des secrétaires! Bon je sais qu’on dit pu vraiment secrétaire.. nous on est des adjointes administratives. Ça sonne ben, mais c’est pas plus payé pour autant. Le monde te juge juste moins quand tu dis ça au lieu de « secrétaire ». Le terme « administratif » fait big, je sais pas. lol

    Je comprends qu’un papier pourrait juste être ma porte d’entrée vers des jobs mieux payées. Comme je disais, je suis pas sûre de vouloir travailler au gouvernement, anyway. L’ambiance me tente pas trop, et comme tu le décris, y’a beaucoup de compétition, de coups de coudes dans les côtes, je trouve ça déprimant. Tout marche par concours, de la paperasserie à en pu finir.. je sais pas, je pense que c’est pas trop pour moi. Ok oui pour le 8 à 4, l’horaire flexible, les congés de maladie très très lousses, les congés étirés aux congés fériés, mais bon.. à part ça, j’y vois pas tant d’avantages. Mes parents ont travaillé pour le gouv’ toute leur vie (mon père et ma belle-mère) et je trouve que ça magouille tellement dans ces milieux-là, je déprime juste à les écouter. Ça c’est sans parler du syndicat, qui fait que le Principe de Peter règne en maître. (http://fr.wikipedia.org/wiki/Principe_de_Peter)

    Bref. De toute façon, comme je te disais, au Saguenay les possibilités sont minces pour rentrer au gouv’, tant fédéral que provincial, parce qu’on a pas 1000 bureaux administratifs. Ce que j’aimerais le plus, c’est travailler dans une école.. Encore là, je pense qu’avoir mon bac pourrait pas me nuire, considérant que j’ai déjà une base en milieu scolaire qui fait que je comprends comment la business tourne. Ça peut pas nuire.

    En tout cas.. bien des solutions, mais peu d’opportunités. Crime que ma vie se résume à pas savoir quoi en faire! Aaaah. lol

  10. École… Ok ouin…. Pis cette job là: http://www.cjsaglac.ca/donnees/fichiers/1/offre_emploi_agente_adm_oct2012.pdf. ? T’en penses quoi? C’est ce que je faisais et dans mon CJ c’est vraiment un beau milieu. Ça ne ressemble pas du tout aux milieux gouvernementaux que tu décris. Faut dire que c’est un organisme gouvernemental, c’est pas exactement pareil et c’est moins payant. Et puis l’embauche ne se fait pas par concours mais par tests et entrevues. Par contre faut que tu entres

  11. Camille : tu me fais rire, tu devrais avoir droit à une promotion pour le marketing! ;) mais oui, ce genre de job-là m’intéresserait, et j’ai d’ailleurs postulé. Je me dis que des fois, bien mal pris, ils pourraient ben me prendre pareil! ;) mais sais-tu, je pense que je vais même les appeler pour voir s’il y aurait pas moyen de pousser ma candidature et juste me donner la chance d’accéder aux tests. Sait-on jamais…

  12. Audrey, je suis secrétaire également et je suis dans l’Outaouais et je voulais aller au gouvernement, mais il demande l’anglais et comme je viens du Saguenay je n’ai pas vraiment l’anglais dans le sang :) Mais j’ai trouvé une bonne option qui est l’Université du Québec. On n’y pense pas souvent à cette option là et je peux te dire que les conditions sont similaires à celles du gouvernement. Et ton bac ne t’empêcherait pas d’être engagée puisque dans mon cas, il paye une partie des cours universitaires :)

  13. On dirais que tu veux faire trop de chose en même temps magazine pendant que tu finis ta traduction pis après regarde qu’est-ce qui s’offre à toi. Sinon c’est un bon moyen de commencer plein des choses et ne rien terminer. Je suis aussi aux études et pour moi le choix était simple j’ai 2 passions : les arts et la science donc après avoir œuvrer dans le théâtre je devais faire de la science. Seul problème je suis maintenant en Ontario alors les les cours ne sont pas les même. Du coup j’ai une panoplie de cour à faire en plus avant l’université.

    Préalablement j’ai fait une technique du génie électrique, aussi en Ontario, et les québécois on passe pour des bolés parce que la note de passage est à 60% au Québec. :P

  14. Marie : Merci du commentaire! ;) Oui, l’UQAC est justement une des places où j’aimerais beaucoup travailler. Malheureusement il y a peu de postes qui s’ouvrent à l’externe… la conseillère en emploi que j’ai rencontrée me disait justement qu’ils étaient très stricts à propos du français là-bas, qu’ils faisaient passer de gros tests de français et que si tu les réussissais ils te gardaient presque assurément.. apparemment c’est de plus en plus rare des secrétaires qui ne font pas de fautes! ;)

    Clodey : M’éparpiller, moi? Naaah, jamais. ;) Le bac en traduction va me prendre minimum 3-4 ans, à raison de 3 sessions par année.. c’est beaucoup d’investissement, et c’est pour ça que je me questionne tout de suite sur son utilité avant d’aller plus loin. J’aime ça, mais avant d’investir des milliers de dollars là-dedans, je veux m’assurer que c’est le bon choix et que ça va déboucher sur une job ensuite. Considérant que j’aime ce que je fais actuellement mais que je voudrais juste un meilleur salaire qui vient avec, serait-il plus profitable de juste aller chercher le papier qui va me permettre d’accéder aux emplois plus payants? Peut-être.

    C’est là tout le dilemme. ;)

  15. Si tu étais riche demain matin, quel travail accepterais-tu de faire bénévolement (après d’être bien gâtée et reposée quelques années, mettons). Forcément, ta réponse sera en lien avec tes intérêts véritables, utilisant tes forces et tes talents. Ensuite, ne reste qu’à poursuivre dans cette voie afin d’exercer ce travail pour en vivre. Tu n’auras jamais l’impression de travailler pour le reste de ta vie si tu choisis un travail qui te fait vraiment vibrer dans le fond des tripes. J’ai vu un orienteur cet hiver, 3-4 fois, mais je ne cherchais pas à la bonne place. Puis je suis tombée sur cette phrase : « Pour vous réaliser, ne vous concentrez pas sur ce qui vous manque, mais surtout sur ce que vous avez déjà. » J’étais précisément en train de me concentrer sur ce qui me manquait au lieu de mettre mon potentiel à profit. Moi je ne te connais pas, mais je suis certaine que l’écriture ne t’indiffère vraiment pas… C’est une piste à suivre. Bonne chance! ;)

  16. Élodie : Merci beaucoup, honnêtement je trouve ça tellement gentil que vous preniez tous le temps de commenter ne serais-ce que pour me donner une p’tite tape dans le dos et m’inciter à trouver « ma » place dans la vie. Merci. :)

    Justement, j’essaie de me concentrer sur ce que j’ai déjà : les langues ont toujours été ma force depuis que je suis à l’école. N’importe quelle job qui me permet d’écrire et de travailler avec les mots sera quelque chose qui me plaît. C’est en suivant ce filon-là que j’ai pensé à la traduction, justement. Quand tu dis « se concentrer sur ce qu’on a déjà », perso, je dirais que j’ai déjà le français; maintenant il me reste à peaufiner l’anglais si je veux tripper à 100%. Mais je pense que c’est quelque chose qui pourrait vraiment m’intéresser.

    Si je devenais millionnaire demain matin, j’écrirais des bouquins. Je serais même prête à gérer le syndrome de la page blanche, à angoisser de ne rien avoir à écrire, mais ce sentiment-là que j’ai parfois (sans aucune prétention!) d’avoir l’impression d’avoir écrit quelque chose de bien, ne serais-ce qu’une toute petite phrase, je serais prête à le vivre au quotidien. Malheureusement, écrire des bouquins n’a jamais vraiment été une job payante, sauf pour les quelques-uns qui s’en sortent bien. C’est un side-line avant de devenir un gagne-pain, quand ça le devient.. Mais c’est pas exclu.

    Mon chum comptable voudrait être pilote d’avion; je peux bien rêver d’être écrivaine? ;)

  17. Salut ici.

    Effectivement, je confirme et plussoie en ce qui concerne le fait de mieux avaler un salaire de crève la faim quand on travaille POUR SOI.

    A 21 ans, je viens de faire ma première embauche. Je travaille donc pour un patron et dans un milieu qui n’est pas le miens. Par chance, c’est un super chouette patron et un super chouette travail.
    Depuis 16 ans environs, je « vivais » (des aides de mes parents) et aussi beaucoup de mes projets persos. Cela me rapportait « peu », me prenait plus de temps. Mais il y avait le plaisir de faire quelque chose que j’avais choisi, de m’investir personnellement et le privilège d’entreprendre à ma manière.

    Autre chose : Mon papa me dit toujours « arrête de te mettre la pression ».
    Je pense qu’il y a de ça. Il y a aussi se détacher de « Quand je serais grand je voudrais être… ». C’est sur qu’à mon âge c’est facile à dire.

    Le courage et bonne continuation !

Vos mots de tête

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s