Plage horaire.

J’avais décidé de faire le point, pendant les vacances. Décider si tout ce que j’ai me plaît encore : la job, les choses dans lesquelles je m’implique, les cours…

Je vis une écoeurantite du travail depuis janvier. Depuis mon retour des Fêtes, j’ai beaucoup moins envie d’y être. Ça fait que j’envoie des CV, en me disant qu’au pire, ça marchera, et je pense à des plans d’évasion, genre proposer à mon chum de faire des enfants pour que je leur fasse l’école à la maison jusqu’à leur majorité. Bon, c’est peut-être pas génial comme plan, faudra que je le retravaille.

Pas que ma job m’écoeure. J’aime encore ce que je fais, mais on dirait que tout le monde autour vit une écoeurantite, ce qui accentue la mienne. Phénomène d’entraînement, j’imagine. Si tous ceux que j’ai entendus chialer qu’ils étaient écoeurés quittent, le bureau ferme demain matin.

Ça fait que j’ai besoin de m’en détacher un peu. Arrêter de m’impliquer dans des affaires concernant le bureau mais qui doivent se faire les soirs/fins de semaine. Arrêter de faire plus d’heures que ce qui est inscrit sur mon talon de paie. Recommencer ma philosophie du « chaque jour à 5h, je tombe en vacances jusqu’au lendemain, 8h30. »

L’hiver me déprime. Mon petit boost de vitamine D m’aura requinquée un peu, et je me sens déjà en mode estival; j’ai le goût de starter le BBQ même si on annonce 30 cm de neige aujourd’hui.

L’hiver, on passe notre vie en-dedans, nos soirées sont noires et courtes, on se couche tôt, on prend des bains chauds, on écoute 32 maudits téléromans parce qu’il n’y a rien d’autre à faire les soirs de semaine. La routine nous rentre dedans pas mal plus que l’été, où on se couche plus tard parce qu’il fait clair jusqu’à 10h30, où on soupe dehors, sans la télé, où on s’assoit sur le patio en arrivant de travailler avec une bière, même si c’est juste mardi. J’aime 1000 fois plus l’été, parce qu’elle est plus freestyle, moins coulée dans le béton, moins prévisible.

Ça fait que j’ai décidé qu’on n’ouvrait plus la télé. Marre des rendez-vous dans mon divan, pour lesquels je me dépêche de faire mes petites tâches quotidiennes pour m’écraser devant mon écran pour 9h histoire de pas manquer 19-2. À ne pas pouvoir improviser parce que heille non, j’ai un meeting avec Claude Legault tantôt, je peux pas faire l’amour chéri, on fera ça demain. Ou pas, vu que demain, c’est Unité 9.

À l’ère du « enregistrez maintenant, écoutez plus tard », je vois pas pourquoi je m’encarcanerais dans des tas de rendez-vous télévisuels alors que je peux simplement faire comme hier et écouter un épisode dans le bain, avec mon chum, à 9h23.

On est déjà bookés mur à mur entre 8 et 5, sibole. À 5h, il faut que la routine tombe.

Advertisements

Vos mots de tête

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s