Vengeance.

Cet été, pendant mes vacances, j’ai pogné un ticket. Pile le dernier jour de mes vacances, alors que je profitais tout bonnement de la vie en me baladant en voiture, fenêtres ouvertes, musique au vent (au vent?), j’admirais les colibris quand un policier surgît de nulle part pour me pointer son séchoir à cheveux en pleine tronche, comme seul mon karma sait le faire pour me scrapper l’bonheur.

Bon, ça s’est pas tout à fait passé comme ça. En gros, je roulais — probablement trop vite – tout bonnement (aussi vite que tout bonnement puisse aller) et un policier est effectivement  sorti de derrière un abribus (qui dit abribus?) pour pointer son radar sur la voiture devant moi. Pas sur moi, sur la voiture devant moi, je précise. Il nous arrête tous les deux, en envoie un sur l’accotement de gauche (à contre-sens du trafic, oui oui, on reconnaît là le brillant personnage) et l’autre à droite. Absurde comme arrestation, mais réelle pareil.

Déjà, je précise que j’entretiens une haine profonde envers les policiers, quels qu’ils soient. C’est viscéral. Je vois un char de police pis mon intérieur se crispe. Je vois un policier pis je serre les dents. La vie a décidé que ce serait pas ce jour-là que ma haine allait s’amoindrir.

Avec toute la gentillesse d’un Bull Terrier qui a pas mangé depuis 3 semaines, le policier m’intercepte et débite son habituelle routine, sans l’ombre d’un sourire. Moi, en vacances, même en crisse, même bourrée de haine policière, je suis polie, courtoise et je coopère — parce que la vie m’a aussi appris que de ne pas coopérer avec un policier ne t’amènera rien de meilleur, sauf peut-être un petit sentiment de satisfaction, Ô combien ombragé par tous les désagréments qui en découleront. Alors je coopère, tel un steak devant un Bull Terrier qui a pas mangé depuis 3 semaines.

Lui, il coopère zéro. Dans le genre, pas une câlisse de seconde. Je me permets de lui faire remarquer son air bête, son ton condescendant et son manque de jugement; il se permet de me suggérer de contester la contravention si je suis pas contente.

Ce que je fis.

Tout ça, ça s’est passé en août. Je suis passée en Cour en février. Pas trop trop rancunière de nature, 8 minutes après mon arrestation j’étais déjà rétablie; imagine à quel point, en février, j’étais pu en crisse pentoute. Mais j’ai contesté, donc je vais aller jusqu’au bout, pas trop l’choix.

En Cour, le Brillant est présent. Il ne me regarde pas. M’ignore, même. Pendant une seconde, j’ai même vérifié si j’étais réellement là, j’étais pu sûre. Il parle comme si je n’étais pas dans la pièce, même si j’essaie tant bien que mal d’attirer son attention, comme par exemple en perdant tout mon sang froid devant le juge. Parce que le Brillant, il ment, live devant ma face & celle du juge. Il dit qu’il n’y avait pas d’autre voiture devant moi. Que s’il en avait arrêté deux, il les aurait fait mettre toutes les deux du même côté, pas de chaque côté de la rue. Il ment, crisse, pis il veut rien savoir de me regarder dans les yeux pendant qu’il le fait.

C’est pas mal à ce moment-là que je viens bleu marron — ça, c’est crissement plus laite que bleu marine. J’ai souvent eu envie de haine envers un policier, mais jamais à ce point-là. Je suis trouvée coupable, parce que visiblement, m’sieur l’Juge considère que son fidèle policier est plus crédible que moi — allez savoir pourquoi un gars de 5’4 pas d’front qui arrive péniblement à aligner trois mots sans bugger d’la face semble plus crédible que moi, mais ce fut le cas.

Le soir même, je raconte ça à mon chum avec désarroi. « Il a menti devant le juge, qu’est-ce que tu voulais que j’fasse! Il a menti! Devant le juge! J’y crois pas. » Outrée que je suis face à la nature humaine & au système de justice municipale un peu boboche, j’écris tranquillement dans ma tête le scénario de mon plan de vengeance. « Si je recroise ce gars-là un jour, je te jure, je fais semblant de lui faire des avances, pis le lendemain matin je lui crisse une plainte pour harcèlement! Il va voir qu’il est pas le seul à être game de mentir au juge, crisse de mange marde! »

Je ferais jamais ça, je précise. Mais juste de penser à faire ça, ça me satisfait déjà un peu.

Aujourd’hui, alors que je joggais à l’UQAC, je croise ce sale connard de policier. Moi, un connard pas d’front de 5’4, ça me marque, tsé. Mais lui, on aurait dit qu’une mal élevée de 5’10, ça lui revenait pas si vite que ça. Je l’ai fixé du regard à chaque lap. Je lui ai fait des sourires psychopathes dignes de Shining au moins 3 fois. Il me regardait et je voyais bien que le contact se faisait pas dans sa tête — je pense même avoir entendu son p’tit hamster se coincer une patte dans’ roue à force de spinner — mais rien, néant total du Néandertal.

Pis vraiment, pendant une toute petite seconde, j’ai pensé qu’il méritait juste que je mette mon plan diabolique à exécution.

Advertisements

7 réflexions sur “Vengeance.

  1. Dis-moi pas ça! J’suis en furie! Veux-tu j’me fasse passer pour toi?!? Juré que de le croiser à l’UQAC je serais allé le voir, je lui aurais dit: « tu me replaces pas? J’suis celle que t’as pris pour une CONNE en mentant devant un juge » ASTI! Ça doit être mes hormones, mais je suis vraiment en colère pour toi! Maudit menteu! Oui menteu!!!!

    Après ça on est supposés leur démontrer confiance et respect! Au service du citoyen qu’ils disent à Ville Saguenay! Pfffffff!

  2. Hahaha! Oui oui, un vrai menteu!!! Avec sa p’tite crisse de face de police en plus.. j’te jure, avoir été pyromane, j’le mettais en feu, live là devant le juge, l’avocate corrompue de la Ville pis les autres tatas qui sont venus comme moi perdre un après-midi au Palais de Justice dans le seul but de faire régner la vérité! (Ok.. je me calme là. On se croirait dans Toute la vérité!)

    Sans blague, j’étais outrée du comportement de tout ce beau monde-là payé par nos taxes municipales. Le juge me regardait de haut et me parlait avec condescendance, l’avocate m’a fait passer pour une épaisse pis le policier ben.. il a juste menti comme un effronté! L’horreur.

    Je suis sortie de là pis j’avais juste le goût de grabuger des véhicules de police. hahaha!

  3. A-YO-YE! En tout cas, si tu te décides à virer des chars de polices sur le capot, fais-moi signe!!! Je vais venir le faire avec toi!

    Moi j’suis tellement peau de vache, j’écrirais un beau message à l’Ombudsman de la Ville! Kin toé! Maudite ville de corrompus!

  4. Hahaha si seulement je savais que ça peut débloquer sur quelque chose de pertinent, je le ferais.. mais j’en doute vraiment!

    J’ai appelé à la Ville hier, juste pour chialer que mon ticket valait 90$ pis que j’avais 132$ de frais, ce que je trouve absurde.. pis je lui ai dit « Mais Madame, moi j’ai contesté mon ticket par simple souci de justice, parce que je considérais que le policier avait fait une erreur.. mais le policier est aller mentir devant le juge, qu’est-ce que vous voulez que je fasse! Je trouve ça chien de payer 132$ de frais de Cour parce qu’un policier a pas voulu dire la vérité tel qu’il l’a pourtant juré… »

    Pis elle a rien pu faire pareil. Moi des fois, la vie m’choque.

  5. Hahaha! J’ai créé toute une saga sur Facebook en disant que j’avais supprimé un « ami » qui était ouvertement content d’avoir un gouvernement libéral majoritaire.. Ça fait deux jours que je travaille à rectifier les faits. Je pense en effet que tout a été dit!! Haha!

Vos mots de tête

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s