Acceptation.

Des fois, l’humain me déprime. Pis d’autres fois, comme aujourd’hui, je suis fière de ce qu’il devient. Pis ces fois-là, ben je pense qu’il faut en parler, parce que crisse que ça arrive pas souvent.

J’étais sur la piste cyclable tantôt, en train de subir tout bonnement mon entraînement de course, quand j’ai vu au loin apparaître un jeune couple, main dans la main, faisant une p’tite-balade-d’après-souper. Plus je m’approchais, plus je réalisais qu’ils devaient avoir environ 14-15 ans. Et plus je m’approchais encore – je cours pas tant vite, ça explique le délai! – plus je réalisais que c’était deux filles.

Deux filles, in love, main dans la main sur la piste cyclable. A-do-rable.

Il y a 15 ans, t’aurais jamais vu ça, deux filles de 15 ans homosexuelles qui s’assument et qui sortent main dans la main. À mon école secondaire, on aurait jamais vu ça. Juste jamais. Michael était plus gay que la parade, mais il a fait semblant qu’il ne l’était pas jusqu’au Cégep, minimum. Caroline était lesbienne, pis on l’a su l’année passée. Ça arrivait juste pas, des kids de 15-16 ans qui assument leur orientation sexuelle et qui vont jusqu’à risquer de subir les foudres d’une gang d’ados boutonneux sans jugement dans une cour d’école secondaire.

Non mais c’est vrai, quoi de plus méchant qu’un adolescent? T’as des freckles pis tu te fais écoeurer au secondaire, pis on s’entend que c’est pas une différence vraiment perturbante! Tout est raison à moquerie, donc tout le monde s’efforce d’être le plus normal possible pour passer à travers ces 5 années-là; on sera nous-mêmes quand on sera rendus au Cégep. Triste.

J’ai une amie prof au secondaire qui m’a dit que ça arrivait de plus en plus, que les jeunes s’assument comme ça, fassent leur coming out à 15 ans au lieu de 20-25 comme c’était probablement plus la norme à mon époque pourtant pas si lointaine. Pis crime, je trouve ça beau!

Les deux filles sur la piste cyclable, je leur ai offert mon sourire le plus sincère, pis si j’avais pu, je leur aurais swigné une belle grand’ tape dans le dos pour les féliciter d’être ce qu’elles sont. J’avais le goût d’arrêter pour leur dire qu’elles étaient belles. Belles de s’assumer. Belles de ne pas avoir peur de ce que les gens vont dire. Belles de vivre leur vie pis fuck le reste, parce que oui, fuck le reste! Elles ont compris qu’en s’empêchant de vivre comme elles l’entendaient, c’est juste elles qu’elles allaient attrister au final, pis que merde, on a juste une vie à vivre, y’a pas de temps à perdre à être malheureux de pas être soi-même!

Pis mon Dieu que je trouve ça beau qu’elles aient compris tout ça à seulement 15 ans.

Advertisements

5 réflexions sur “Acceptation.

  1. Hoooonn! Cute :)
    Paraît que les jeunes assument de plus en plus tôt leur homosexualité. J’ai une collègue dont la fille de 15 ans est ouvertement lesbienne et depuis un bout, et elle s’affiche à l’école secondaire et ne serait pas la seule. J’ai l’impression que la génération C’est pas mal plus ouverte que les générations précédentes. C’est vrai que ça redonne espoir en l’espèce humaine. Parlant de lesbienne, une de mes meilleures amies l’est, a fait son coming out à 26 ans et à 34 ans vient d’accueillir sa petite fille que sa blonde a porté. Je les admire tellement de vivre leur vie selon leurs convictions, elles sont belles à voir, je dirais même que c’est probablement le plus beau couple de mon entourage. Bref, merci de ce témoignage Audrey, ça m’a mis un beau grand sourire dans la face, et bravo aussi pour le jogging, je me suis relâchée depuis 2 semaines, mais tu me donnes le goût de m’y remettre et de le « subir » moi aussi.

  2. En effet, je pense que cette génération-là s’assume beaucoup plus en général que la nôtre. En même temps, je pense que ça passe mieux pour 2 filles que pour 2 gars.. Malheureusement, il y a un effet de « mode » de voir deux filles ensemble.. Certaines le font très certainement pour émoustiller les p’tits gars, c’est ça le pire.. Plusieurs se clament bisexuelles, alors qu’au fond, c’est souvent juste un gros gros manque d’attention.. Dommage. Mais bon, si la « mode » fait en sorte que ceux et celles qui sont homosexuels pour vrai osent le dire au grand jour, tant mieux!!

    Tu devrais aussi féliciter ta collègue d’accepter aussi bien l’homosexualité de sa fille et d’en parler autour d’elle. C’est niaiseux, mais des fois quand tu connais quelqu’un qui vit ça, ça fait tomber tes propres préjugés sur le sujet. Tu juges moins une situation quand t’as une face « connue » à mettre dessus.

    J’ai une amie qui me disait hier, après que je lui aie conté ça, qu’elle trouvait ça super que des jeunes s’assument comme ça, mais que si jamais son fils lui annonçait qu’il est homosexuel et qu’elle savait qu’il existe un camp de « déprogrammation » quelque part en Allemagne, ben elle l’enverrait! Je trouvais ça épouvantable! Quand je lui ai demandé pourquoi, la seule excuse qu’elle avait à me donner c’est « Tu veux pas ça pour ton enfant. Tu veux pas qu’il soit stigmatisé toute sa vie. » (Je précise qu’elle a 30 ans.. pas 60!) Je lui ai fait comprendre que chaque être humain est stigmatisé un jour ou l’autre pour X raison : les dents croches, des lunettes, une jambe plus courte que l’autre, whatever! T’as toujours quelque chose qui cloche, anyway. Si tu apprends à ton enfant à accepter les différences des autres – et les siennes! – je pense que tu l’outilles pour passer à travers ça. Forcément, ce sera pas facile, mais pas plus que s’il est un peu rondouillet, que s’il a des boutons, que s’il bégaie.. M’enfin. Je peux pas comprendre ça l’air, j’ai pas d’enfant. ;)

    C’est drôle, je connais aussi 2 lesbiennes qui viennent d’apprendre qu’elles vont avoir un bébé après avoir bénéficié du programme du Gouvernement pour l’insémination. Ça a semé la controverse suite à l’histoire de Joël Legendre (même si c’est un peu différent que d’avoir recours à une mère porteuse, on s’entend!), mais tant mieux pour elles si ça fonctionne! Il y a 15-20 ans, tu voyais pas ça souvent un couple homosexuel qui a des enfants! Au moins la société évolue et c’est sûrement signe que les préjugés s’estompent. Il va toujours y en avoir (suffit d’aller lire les commentaires sur les articles qui traitaient de la situation de Joël Legendre, justement, y’a de quoi en avoir mal au coeur..!) mais bon, des épais, il va toujours y en avoir! L’évolution on dirait que ça n’atteint pas tout le monde! Haha!

    Et bon courage pour la course! Moi aussi j’ai connu le creux de la vague.. même que j’en ai eu 3-4 je te dirais.. haha! Mais depuis que mon programme me fait courir plus longtemps, on dirait que j’aime mieux ça parce que j’ai réalisé que j’étais capable de courir 20mins non-stop sans mourir (un exploit en ce qui me concerne, je t’assure, j’ai zéro cardio..) Maintenant on dirait que j’ai encore plus le goût d’en courir 30! ;)

  3. Je me rappelle encore de deux lesbiennes au secondaire qui s’étaient embrassé où les cubes à la Poly! On en parle encore dix ans plus tard! Je suis contente de voir que maintenant les gens s’assument plus et sont plus ouverts!

    Je suis d’accord avec toi qu’il y a un effet de mode. Je n’ai jamais autant vu de choses en lien avec les lesbiennes, les bisexuelles et compagnie. Que ce soit une émission à la télé ou sur le web, des articles dans les revues ou aux nouvelles. Mais si ça peut aider quelques personnes à sortir du placard ou allumer la petite lumière dans le petit coco des gens étroits d’esprit… Why not?!?

    **Hi Five à « Michael qui était plus gai que la parade » Pouhahahaha!! J’la ris encore! Pas du gai, pas du gars, mais bien de l’expression ;)

  4. Van : Hahaha à la poly ou les cubes! Souvenirs. C’est clair que ça vous avait traumatisés; personne n’a jamais osé faire ça à mon époque, ça devait pas être ben ben fréquent non plus à la tienne! C’était tu des « vraies » lesbiennes au moins?! lol

    Et désolée pour mon expression un peu bancale.. J’avais peur que ça sonne homophobe ou je sais pas quoi, mais c’était pas le but! Surtout que tu dois connaître le Michael en question.. hahaha!

  5. Dans mon temps (pouhahaha, j’ai quand même juste 26 ans) c’était pas IN encore de frencher une autre fille pour émoustiller les p’tits gars donc je crois que c’était des vraies lesbiennes. En tk une dont je suis certaine, je sais qu’elle a un enfant avec sa blonde (je l’ai stalké sur Facebook).

    Et bien sur que je connais le Michael en question ;) C’est ce qui a amplifié mon ricanement

Vos mots de tête

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s