Constat de lectrice difficile.

Ces temps-ci au bureau, il y a un trafic d’ebooks. Toutes les medames s’échangent des livres électroniques à grands coups de clés USB fullées au bouchon. J’ai voulu entrer dans la clique. Erreur.

Tout ce qu’elles s’échangent, c’est du Amélie Dubois, du Danielle Steel et du Nora Roberts. En milliards d’exemplaires. Ça me déprime. En plus, au lieu de dire chick lit, elles disent « chickli ». Ça me déprime X 10.

Mais qui lit du Amélie Dubois dans la vie? J’ai lu 3 pages d’un de ses livres et c’en était déjà beaucoup trop. C’est du fastfood littéraire; aucun auteur digne de ce nom peut écrire 3-4 livres par année. Nothomb fait du fastfood littéraire de qualité et elle en sort un par année; 3-4, c’est carrément impossible à réaliser sans en affecter la qualité.

Au Cégep, j’ai fait un travail sur Lili Gulliver, une auteure de romans érotiques québécoise. J’ai lu tout ce qu’elle avait fait à cette époque, afin de bien cerner le sujet et de savoir de quoi je parlais. Remarquez, j’aurais pu arrêter après un seul de ses livres parce que la recette était toujours la même, aussi fidèle qu’un Harlequin. Ça aussi, c’était du fastfood littéraire pour les medames, celles qui ont besoin de pimenter leur vie et de s’émoustiller un peu en lisant dans leur lit le soir. Amélie Dubois, c’est du Lili Gulliver en moins cochon.

Si la vie des medames était plus pimentée dans leur lit le soir, elles n’auraient pas besoin de lire pareilles conneries pour s’émoustiller.

Petit conseil : fais une recherche Google sur « Les 50 livres qu’il faut avoir lu dans sa vie » et si t’en as pas lu au moins 2 là-dedans, lâche Amélie Dubois ça presse pis file à la bibliothèque.

Advertisements

7 réflexions sur “Constat de lectrice difficile.

  1. Je passe pour un zombie quand je dis qu’Amélie Dubois c’est… Bof… Comme du Raphaelle Germain.

    Honnêtement c’est le genre de livre que je lis en une soirée. C’est genre comme quand je mange un trio McCroquettes chez McDo. Je sais que c’est surfait en popularité, je sais qu’au final je vais être déçue, mais bon ça dépanne quand il n’y a rien d’autre ;)

    J’hais le Chick-li :P

  2. J’me suis fait prendre comme ça au bureau a lire « Cinquante nuances de Grey »! Oh Boy! Jamais rien lu d’aussi insignifiant! Chaque fois que je lis un truc du genre je me dis qu’il faudrait que je me botte le cul et termine un de mes projets en cours. C’est impossible que je fasse pire que ça! J’comprends pas ce que les femmes trouvent à ce genre de romans. La chick-lit genre Bridget Jones ou Sophie Kinsella, je comprends l’intérêt, c’est drôle et léger et ça se prend pas au sérieux. Mais du Raphaëlle Germain, comprends pas. Amélie Dubois non plus. Et t’en a plein d’autres. Pfff!!

  3. Enfin quelqu’un qui partage mon avis! Je HAIS la chick lit en général, mais on dirait que les « oeuvres » québécoises sont 100 pires. Pathétique! J’ai lu « Confessions d’une célibataire » récemment, et j’ai souligné des dizaines de passages tous plus dégueus les uns que les autres… « L’auteure » (avec beaucoup de réserves pour le mot auteure) essaie d’inventer des expressions, c’est d’une tristesse absolue. Je me demande comment elles font pour décrocher des contrats de publication. Pour Germain, on comprend; c’est la fille à papa. Mais pour les Dubois et autres de ce genre…?

  4. Si elles sont publiées, fait croire que c’est parce qu’il y a un public pour ça… C’est triste! Je me rappelle d’un livre lu au cegep en 1997, bien avant que la chick-lit prenne son envol: « La fin de siècle comme si vous y étiez, moi j’y étais » de Brigitte Caron. Ça augurait tellement bien pour le nouveau genre, c’était drôle, intelligent, je l’ai fait lire à toutes mes amies, et pourtant cette auteure là n’a pas fait un Best-sellers avec son livre. Il y a même eu une suite. Tout ça pour dire que si on présente de la schnoutte au médames, elle vont lire de la schnoutte, elles connaissent pas mieux! Si les éditeurs up gradaient leurs standards, ils en vendraient pareil des livres.

  5. Les filles, je me sentais un peu mal de critiquer sans avoir lu plus que 3 pages de ce que fait Amélie Dubois, donc dans un objectif d’impartialité (oui oui!), j’ai décidé d’en lire plus. J’ai lu une cinquantaine de pages de La consoeurie qui boit le champagne, et puis merde, j’aurais pu m’abstenir d’en lire autant parce que mon idée de départ était tout à fait exacte!

    J’ai la dégueulasse impression de lire le journal intime d’une fillette quand je lis ça. En fait, le journal intime d’une fillette qui a des « aventures » de fille de 30 ans, ce qui rend ça d’autant plus pathétique. Comme disait Julie, l’invention d’expressions ridicules rend ça d’autant plus triste à lire. Les « célibat-stars », really? Ça me donne presque envie de vomir. Les « Je vais vous présenter mes amies » et les « Ma vie est tellement rocambolesque, le gars sur qui je trippe trippe pas sur moi, oh malheur! » me font vraiment penser à mon journal intime rose en velours aux pages qui sentent la pute cheap. Sans joke, il faudrait que j’en retrouve un pour en faire un roman; s’il y a moyen de se mettre riche avec ça parce que ça intéresse les medames, I’m fucking in! J’aurai juste à changer les « Aujourd’hui, cher journal, je suis allée au parc et j’ai vu Carl. Je pense qu’il trippe sur moi parce qu’il m’a offert sa balançoire. » pour un « Aujourd’hui, chères lectrices, je suis allée au bar et j’ai vu Carl. Je pense qu’il trippe sur moi parce qu’il m’a offert un drink. » Facile.

    Et là, c’est ici que ma critique devient pas fine pour l’auteure : on dirait que c’est écrit par une p’tite grosse du secondaire qui a jamais eu d’amies cool ni de kick réciproque, parce qu’honnêtement, ses récits sont tellement loin de ce qui se passe dans la réalité qu’on dirait qu’elle ne l’a jamais vécu pour vrai. Les dialogues entre copines sont minables, le genre de dialogue qui se passerait jamais avec des amies. Les dates avec les gars sont truffées de clichés poches, qui n’arrivent pas non plus dans la vraie vie mais seulement dans les Harlequin ou, à la limite, dans Dawson’s Creek ou Les frères Scott. Ça pue le cliché à plein nez; ça pue tout court, en fait.

    Pis étrangement, ça me donne envie d’écrire de la chick-lit de qualité. Parce que crisse qu’on est tannées, nous les vraies filles (oui oui, je vous inclus là-dedans mesdemoiselles!) d’être dépeintes de cette façon-là dans les bouquins pour fifilles. Moi j’ai envie d’inventer la miss-lit. Parce que la bitch-lit existe déjà et qu’on veut pas plus être comme ça, et que la chick-lit c’est bon juste pour les filles en âge d’écouter Gossip Girl.

    Van : Il peut toujours y avoir quelque chose d’autre! ;) Mais je comprends le point.. petite lecture relax d’été, genre. On se casse pas la tête pis c’est ben correct! Mais en même temps, il y en a plein des mieux écrits que ça je suis sûre..

    Julie : J’ai pas investigué sur la maison d’édition qui publie Amélie Dubois.. Mais j’ai soudainement envie de lire tout ce qui se fait dans le genre, d’analyser les lectrices plus en profondeur et d’écrire un mémoire sur le sujet. Il me semble que ce serait intéressant. haha!

    Camille : ben.. ça vend, donc les éditeurs vont continuer de publier ce genre de romans. Comme tu dis, ils pourraient élever le niveau; sans blague, du Amélie Dubois, c’est au même niveau littéraire que mes compositions écrites de secondaire 3. Même quand elle tente une touche d’humour, c’est raté. J’hallucinais en lisant ça, je roulais des yeux minimum aux 3 paragraphes.

  6. J’avoue que dans le genre, Amélie Dubois c’est pas les gros chars!! Faut vraiment que je me remette à mon chick-lit auto-fiction inspiré de mon ancien blog. Chaque fois que je replonge dedans je me dis que c’est vraiment pas mal et je ris haut toute seule face à mon ordi. En plus, j’ai recommencé à dater dernièrement, j’ai des sujets et anecdotes toutes chaudes. J’peux pas faire pire il me semble! Et même si c’était pas hot, publié sous pseudonyme, j’aurais rien contre me mettre quelques piasses dans les poches ;-)

  7. Camille, je suis d’accord, tu devrais recommencer! Pis écris-le donc en gardant en tête que ça pourrait faire un bouquin crime.. sait-on jamais!! ;)

Vos mots de tête

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s