La césure.

Plus rien ne sera plus jamais pareil à présent.

La césure, l’absence. Ça m’arrive souvent. Vous le savez. Cette fois-ci, mes raisons étaient meilleures. Meilleures ou pires, c’est selon.

Je vous ai quittés en août, avant que la vie me rentre dedans comme un truck de ciment pu d’brakes dans une côte descendante. Boom.

En août, tout allait bien. Je vivais des banalités. La vie allait bon train. C’était doux & paisible. On s’y plaisait.

En août, tout allait bien, ouais. On ne se doutait pas qu’on s’apprêtait à vivre L’écume des jours de Boris Vian, live.

Parce qu’en août, on a su qu’un nénuphar avait poussé dans le poumon droit de mon père, comme dans celui de Chloé. J’ai toujours aimé le mot nénuphar, je ne sais pas pourquoi; maintenant qu’il évoque la maladie, celle dont on n’ose prononcer le nom de peur de l’attirer comme Voldemort, je le trouve moins beau un peu, on dirait.

Au même moment, alors que la mort élisait domicile dans le corps de mon père, la vie prenait place dans le mien. J’ai toujours été forte dans les dualités, mais celle-là,  je m’en serais passée.

Le pire dans tout ça, c’est que plus la vie grandit en moi, plus la mort fait de même en lui, et pour une rare fois, la mort va arriver avant la vie.

Maintenant vous savez. Vous savez pourquoi j’ai besoin de récupérer cet espace, de m’en faire un exutoire, même s’il y a peu de choses à dire de plus.

Juste pour parler de la vie, histoire d’oublier que la mort existe.

Parce que plus rien ne sera plus jamais pareil à présent.

Advertisements

17 réflexions sur “La césure.

  1. J’ai vécu exactement la même chose l’an dernier. J’ai appris ma grossesse et le cancer de mon père à quelques jours d’intervalle… J’étais à ses côtés quand le médecin est venu nous donner les résultats de ses tests : cancer du colôn… ou de l’estomac?! Ils ne savaient pas trop d’où il était parti, mais il était maintenant répandu à plusieurs organes… Inopérable.

    Tellement déchirant de vivre ces deux extrêmes simultanément. J’ai espéré tout le long que mon père tienne jusqu’à mon accouchement, le temps qu’il voit son premier petit-fils. On se disait qu’il allait vaincre la maladie et le voir graduer, sans vraiment y croire… L’histoire se répétait, que je me disais, car ma mère a perdu son père un mois avant ma naissance.

    Je pleurais souvent, et je parlais à mon bébé en lui expliquant la raison de ma peine, qu’il n’y était pour rien et que son arrivée restait une grande joie… Je faisais de gros efforts pour profiter de ma grossesse, des plaisirs que je vivais à travers elle. Je ne voulais pas que la peine prenne toute la place.

    Deux semaines avant d’accoucher, un spécialiste a décidé d’opérer mon père. La chimio avait diminué la masse et il a décidé de tenter sa chance… Une très grosse opération, les 10 heures les plus longues de ma vie!

    Mon histoire se termine bien. Mon père est un miraculé de la médecine. Vraiment! Ça fait un an que ses yeux se mouillent de bonheur chaque fois qu’il voit mon gars. Et les miens de les voir jouer ensemble. On ne pensait jamais vivre ses moments de bonheur…

    Je te souhaite de tout cœur la même finale. Je vais garder une pensée pour toi.

    Et félicitations pour ton bébé!
    Cindy xx

  2. Merci Cindy, ton histoire m’a touchée, pour vrai. Je suis vraiment contente que ton histoire se soit bien terminée. Malheureusement, ce ne sera pas mon cas… Mon père ne réagit pas aux traitements, la tumeur gagne du terrain et les médecins ont clairement dit qu’il n’y avait plus rien à faire. Il est aux soins palliatifs; deux mois max, c’est la sentence. J’accouche en juillet, donc…

    C’est difficile à digérer, à gérer. Comme toi, je m’efforce d’aller chercher du positif là où il y en a; je ne veux pas laisser la peine, la maladie prendre toute la place, alors que je suis en train de vivre quelque chose qui se veut fabuleux. Difficile d’empêcher tout ça de faire de l’ombre au bonheur; c’est un travail de tous les jours.

    Merci pour la pensée. Je la prends. :)

  3. Ta réponse m’a attristée; je pensais qu’il y avait encore place à l’espoir. Je suis vraiment désolée pour toi. :(

    Oui, c’est dur à gérer. Sans compter qu’on est encore plus à fleur de peau pendant la grossesse! (Du moins, c’est mon cas.) Ce qui t’arrive me touche beaucoup. Le destin nous a fait la surprise de changer de cap vers la fin de mon côté, mais je me suis préparée longuement à affronter ce que tu t’apprêtes à vivre.

    J’aimerais trouver des mots pour atténuer la peine et le désarroi que tu dois ressentir, mais je sais qu’il n’en a pas vraiment… Et on vit tous différemment la fatalité. Moi, je l’ai vécu en me disant que je devais lui rendre hommage en me montrant aussi forte que lui. (Dans les pires moments, mon père continuait de dire des niaiseries pour faire rire les infirmières tellement c’est un bon vivant!)

    En tout cas, je te souhaite plein de courage. Et un beau bébé en santé aussi! Nul doute que son arrivée t’apportera beaucoup d’émerveillement, de plaisirs quotidiens… et de sommeil en moins! ;)

  4. Merci beaucoup Cindy, c’est super apprécié. En effet, vous avez été chanceux dans votre malchance. Et tant mieux qu’il existe des histoires comme la tienne, sinon l’espoir serait difficile à avoir! On s’accroche toujours à ça, l’espoir, même si l’annonce du diagnostic colle presque automatiquement une date de péremption au patient.. On garde espoir en se disant que telle ou telle personne a eu pareil diagnostic et il est encore là! Ça peut arriver! Ça DOIT arriver.

    Malheureusement, ce n’est pas notre cas. Mon père est aussi un très bon vivant (aussi ironique que cela puisse être), et malgré certains moments plus difficiles, il garde quand même le cap, fait des blagues, etc. Ça aide un peu. Il est à l’extérieur en plus.. donc j’essaie d’aller le voir le plus souvent possible et de profiter du temps qu’il nous reste. Comme tu dis, je me sens le devoir d’être aussi forte que lui. Je pleurerai plus tard; pour l’instant il est encore là.

    Merci pour les bons mots. J’espère aussi un beau bébé en santé; je n’ai pas besoin de ça en plus!! ;) Et puis même les nuits écourtées ne me font pas peur; au contraire, je pense que la situation fera en sorte que je vais profiter de chaque instant encore plus, bon ou mauvais. Quand je me lèverai la nuit, ce sera parce que mon bébé est en vie et requiert ma présence. Manquer de sommeil est un bien moindre mal. ;)

  5. Quand je lis des choses comme ça, je peux pas m’empêcher de me dire que criss que la vie est mal faite des fois…

    Un matin de janvier l’année passée, sorti de nulle part, mon chum m’a dit en parlant du p’tit qui avait à peine quelques jours: « J’aurais aimé ça que mon père puisse le voir… » C’est une des choses les plus tristes qu’il ne m’ait jamais dites.

    La douleur que mon chum vit, je ne pourrai jamais lui enlever. Cette douleur là, elle sort toujours de nulle part. Elle semble toujours le prendre par surprise, quand il ne s’y attend pas. Elle semble s’estomper parfois, mais ne s’effacera probablement jamais…

    Je suis désolée, j’aimerais avoir quelque chose de plus positif, de plus intelligent à te dire. Je te souhaite juste d’être bien entourée, pour tout ce que toi et ta famille vivez présentement. Je te souhaite bonne chance. Et surtout, malgré tout, toutes mes félicitations xxx

  6. Je cherche mes mots… Ça me touche tellement ce que tu vis, tu peux même pas imaginer. Et on dirait que je suis incapable d’écrire quelque chose qui a du sens, mes yeux se mouillent pis le coeur me serre en m’imaginant être à ta place… De toute façon qu’est-ce que je pourrais te dire qui fait du sens en ce moment?!?

    Je vous souhaite que la vie soit douce… Que les prochains mois de ton père se passent du mieux que possible et surtout que l’arrivée de ce beau trésor te réconcilie avec la vie et t’apporte tout le bonheur qu’un petit être est capable de le faire.

    J’ai envie de te serrer fort fort dans mes bras… J’aimerais tellement faire plus! XXXXX

  7. Dernière minute : ça me touche beaucoup ce que tu dis. En effet, c’est infiniment triste que mon père ne voie jamais ses petits enfants.. C’est difficile à se figurer comme perte; quand on perd un être cher, on doit faire le deuil de plein de choses passées mais futures aussi. Si je me marie un jour il n’y sera pas non plus.. C’est des petits deuils comme ça que je vais devoir faire chaque jour.

    Van : merci, vraiment. Tu as raison, il n’y a rien à dire vraiment. C’est pour ça que j’en ai très peu parlé autour de moi.. Les gens ne savent pas quoi dire, et moi je ne sais même pas ce que j’ai besoin d’entendre, donc…

    Pour l’info, mon père nous a quittés mardi soir. Ça s’est fait vite, sans douleur. Il détestait l’état dans lequel il était; je sais qu’il est mille fois mieux maintenant. 2015 me rappelera la mort, mais à la fois la vie. Ça nous fera un souvenir positif pour annuler un peu le négatif. Je sais que cette petite vie-là qui verra le jour nous procurera le plus grand bonheur à tous après pareille épreuve.

    Merci pour vos mots. Ça me touche beaucoup, sincèrement.

  8. Toutes mes sympathies. XX

    Si parfois tu as besoin ou envie de quelque chose, fais-moi singe, je ne suis pas loin de chez toi et ça me ferait plaisir! N’importe quoi

  9. C’est étrange… On a beau s’y attendre, je suis restée sans mots en lisant le décès de ton père.
    Mes sincères sympathies à toi et ta famille. Si le réconfort peut voyager à travers l’espace, je crois que tu risques d’en ressentir toute une vague de la part de ceux qui te suivent sur ce blogue. xx

  10. Criss. Je m’excuse du côté vulgaire de ce mot, mais c’est le seul, je pense, qu’on peut dire qui fait état de ce sentiment de frustration, de peur et d’impuissance à la fois. Ce n’est pas un manque de vocabulaire, c’est un trop-plein d’émotion, une dichotomie dans un seul mot. Mes plus sincères sympathies à ta famille et toi. Ma soeur, qui passe ici de temps en temps mais que je n’ai pas vu commenter ce post, a vécu quelque chose de similaire. Notre père nous a quitté en décembre 2011, son fils, mon neveu, naissait en février 2012.
    Tiens bon. On s’ennuie, mais les souvenir heureux apaisent la souffrance qu’on peut vivre. Je comprends tellement ce que tu veux dire quand tu parles des deuils futurs… Sur une note plus positive et totalement contradictoire : Félicitations pour le futur bout-de-chou :)

  11. Annick, merci infiniment. Vous me faites du bien sans bon sens pis vous le savez pas. :)

    En effet, « criss » serait le terme. Pis tant qu’à faire vraiment pitié, j’ai encore un ajout: mon chien de 16 ans est décédé hier. Tsé moi quand je m’y mets, je fais pas les choses à moitié!

    Comme tu dis, les souvenirs heureux apaisent la souffrance. Il va toujours y avoir un petit coin de vide en-dedans de moi; vide de son absence, mais plein de souvenirs pareil. Il faut garder le focus là-dessus; c’est dur en crisse des fois, mais il faut se parler..

    Là j’en ai ma claque des deuils par exemple; j’en veux pu avant un boute. lol Il est mieux d’être top shape c’t’enfant-là parce que je sais pas ce que j’y fais! haha! :P

  12. Oh non! Pas ton chien… Caline (pour être un peu plus polie)

    Ton bébé va être le plus pis le plus fin pis le plus en santé! J’te l’dis! J’en ai un bébé du mois de juillet pis tabarnouche qu’il est mangeable ;)

    Je t’envoie tout plein d’amour pis de courage pis de tout ce que tu as besoin! XX

  13. Van : Merci ma belle c’est vraiment gentil. :) En effet je pense que j’ai braillé tout ce que je pouvais brailler dans la dernière semaine.. vivement le retour au calme!

  14. Je t’offre mes plus sincères sympathies Audrey… Je n’ose pas imaginer la peine que ce doit être de perdre un parent. C’est tellement pas dans l’ordre des choses. Mais même si ça semble très paradoxal, la vie fait bien les choses. Sans dire que l’arrivée prochaine de ton petit bébé effacera la peine que tu as d’avoir perdu ton père, elle te permettra sans aucun doute de passer plus facilement au travers. Un enfant, même quand il nous épuise ou nous tombe sur les nerfs, c’est une bénédiction, ça change notre vision de la vie pour le mieux, ça nous force à profiter pleinement de chaque instant parce qu’on dirait que la vie se met soudainement à aller vite vite. Félicitations pour ce petit coeur à venir, même si ça fait étrange d’écrire tout ça après t’avoir offert mes condoléances….

    Camille xxx

    PS. Tu diras à ton Karma qui s’était soudainement réveillé qu’il peut reprendre son accalmie. Le chien c’est juste le boutte de la marde!!! C’est fou comment dans la vie c’est tout ou rien.

  15. Camille : Merci.. Ça va, je tiens le coup. Je vais écrire bientôt, promis. ;)

    En effet, tout le monde me dit que souvent une mort entraîne une naissance.. Seulement c’est rare que ça arrive aussi près dans une famille, avec aussi peu d’intervalle.. C’est quand même fou comme j’entends plusieurs personnes me dire que ça leur est arrivé, ou qu’ils connaissent quelqu’un à qui c’est arrivé.. Comme quoi je ne suis pas la seule à avoir un Karma merdique. ;)

    Pour le chien, je dois dire que c’est un peu de ma faute, parce que c’est moi qui avais pris rendez-vous pour lui le jour avant que mon père décède.. Il était rendu très vieux et depuis quelques années sa vie (et la mienne par le fait même) en était de beaucoup compliquée.. Mille fois j’ai voulu appeler pour prendre rendez-vous.. Mille fois j’ai choké.. Sans blague ça fait plus de 3 ans que j’essayais de me faire à l’idée; tu comprendras qu’en 3 ans, sa situation ne s’était pas vraiment améliorée, au contraire.. Avec mon père malade, j’allais à Québec tous les weekends, et avec le bébé qui s’en vient disons que ça m’a un peu poussée à prendre la décision. Le timing était vraiment mauvais, mais je savais que je n’aurais pas le courage de rappeler pour reprendre rendez-vous plus tard.. Tant qu’à brailler ma vie, aussi bien régler tous les dossiers en même temps! Une preuve de plus qu’avec moi, c’est toute ou pentoute. ;)

    Mais ça va. Mon p’tit coeur en miettes se rapièce peu à peu. Je me suis découvert une force plus grande que celle que je m’imaginais avoir; je ne sais pas si ce petit bout de vie en moi m’en apporte une dose supplémentaire, mais je suis sûre que ça aide, un peu.

Vos mots de tête

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s