Surexposée.

L’Internet est un lieu fascinant où on a l’occasion de voir interagir des gens qu’on ne côtoierait pas d’habitude. Ça peut parfois donner lieu à de belles découvertes, mais très souvent aussi, ça désole.

Je me demande pourquoi il y a tant de filles-mères, visiblement dans la schnoutte, qui ont décidé (délibérément ou non) d’avoir un enfant dans un contexte peu favorable.

Je me demande pourquoi il y autant de gens qui commentent les articles du Journal de Montréal en exhibant à la face du monde leur pauvreté d’esprit, leur racisme, leur xénophobie, name it.

Je me demande pourquoi autant de filles putassent en s’exhibant sur toutes leurs coutures, convaincues que ça leur donne du pouvoir (outre celui de faire bander).

Au-delà des individus, il y a aussi leurs agissements, qui font la une quotidiennement. Des attentats, des fusillades, des meurtres, des enlèvements, des injustices… Je me demande jusqu’où on peut être exposé à tout ça sans en ressentir le ressac? À force d’y avoir accès 24/24, de constamment être témoin de l’humain dans son plus laid, j’ai peur qu’il n’existe pas suffisamment de vidéos de chats pour en contrebalancer les effets.

C’est l’été, il fait 32, on feel tous pour du léger, du moins cérébral, de la p’tite limonade fraîche pour le cerveau. C’est le moment de l’année où on se permet de lire de la chicklit sans s’auto-juger (« on » exclue la personne qui parle), d’aller à la plage en écoutant du David Ghetta plutôt que du Koriass (allô Radio-Canada, Koriass existait il y a 15 ans, alors que vous étiez trop occupés à être bandés sur Anodajay pour une raison obscure!) et de boire du Pépito Sangria plutôt qu’une triple IPA (ok peut-être pas!) De ce fait, je pense qu’on aurait tous intérêt à délaisser iPads, cellulaires & télés au profit de l’humain dans son plus beau, c’est-à-dire l’humain estival qui arbore généralement la gougoune et qui se tient le plus souvent près d’un BBQ et/ou d’un plan d’eau.

Ça arrêtera pas l’humain d’être con. Ça empêchera pas les meurtres partout autour. Mais ça va aider à faire passer la déprime médiatique et ça va redonner espoir en l’humain. Parce que j’ai rarement vu un gars en gougounes être l’instigateur d’un projet machiavélique. Sauf peut-être celui de tirer Suzanne dans l’lac.

Advertisements

2 réflexions sur “Surexposée.

  1. Beaucoup de choses à dire, mais je me contenterai d’un seul point.
    En fait deux.
    Un, je suis entièrement, 100% en accord avec ton billet.
    Deux, lire les commentaires du J de M c’est cotoyer les racoins les plus sombres, les plus lugubres, les plus fangeux de la nature humaine.
    Je me l’interdis formellement désormais, question de préserver ma santé mentale, et je te jure que je m’en porte beaucoup mieux.

  2. Ah je suis tellement d’accord avec toi. Je me porte beaucoup, beaucoup mieux depuis que j’ai trouvé le bouton « Masquer tout du Journal de Montréal » sur Facebook. J’ai nommé le JdM mais ça pourrait être remplacé par n’importe quel journal/site de nouvelles.. Parce que malheureusement, les déplaisants se terrent partout, dans les moindres recoins du web! Haha..

    Bref, éviter le web est parfois la meilleure solution (et la plus rapide!) pour contrer les contacts avec les épais. ;)

Vos mots de tête

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s